Graphique d'intestins s'écoulant d'une télévision

Extraits et raretés : A Novel

La page de titre pour un roman intitulé Roger Pagan, Gynecologist, de David Cronenberg Premières esquisses et projets non réalisés.
Papier dactylographié avec certaines annotations
Dates variées
Collection David Cronenberg, Bibliothèque de référence de film du TIFF

ROGER PAGAN, GYNECOLOGIST
a brief film treatment
by David Cronenberg

ROGER PAGAN, GYNÉCOLOGUE
un roman
de David Cronenberg

Première page du roman Roger Pagan, Gynecologist, de David Cronenberg. Premières esquisses et projets non réalisés.
Papier dactylographié avec certaines annotations
Dates variées
Collection David Cronenberg, Bibliothèque de référence de film du TIFF

ROGER PAGAN, GYNECOLOGIST
a brief film treatment
by David Cronenberg

INTRODUCTION

Dans mon  Histoire populaire de la gynécologie canadienne,  je me suis délibérément abstenu de mentionner le jeune, effronté et, il faut l’avouer, spectaculaire Dr. Roger Pagan, sauf en relation avec la malheureuse affaire de l’Avram Room « Drugstore de l’amour », dans laquelle il a joué un rôle majeur que ni la rigueur morale, ni mon amitié, ne pourrait me permettre de dénier. Cependant, cette omission du Dr. Pagan de l’ Histoire  était calculée, même si généralement incomprise. Il a toujours été mon intention d’écrire une sorte de chronique décousue de sa vie, et dans ce but, j’ai rassemblé des notes, des photographies, des lettres, des déclarations sous serment et quelques rouleaux de film vidéo pendant plusieurs années. En plus, j’ai fait d’innombrables enregistrements sur bande de nos nombreuses conversations ensemble, ainsi que des conversations avec bon nombre de ses patientes les plus importantes, tout ceci pour tenter de créer autant un documentaire dans le sens moderne du terme, qu’une biographie dans le sens boswellien. De cette façon, j’ai fourni au lecteur intéressé une certaine garantie de diligente précision plutôt que les simples rappels de mémoire créatifs, ainsi qu’une certaine garantie de protection légale pour moi-même, les questions gynécologiques étant les choses délicates qu’elles sont.

Vous pourrez alors sans doute imaginer mon chagrin à la nouvelle de la mort bizarre et, indubitablement, extrêmement douloureuse de Roger Pagan : ma chronique décousue en plusieurs tomes ayant été réduite par la faux du destin (que j’ai toujours imaginé être une sorte d’instrument gynécologique, je le confesse) à un petit livre relativement cassant – voire brusque – précisément de la taille de celui