Graphique d'un lézard à deux têtes d'eXistenZ

Transcription : eXistenZ : pistolet organique et restaurant chinois

STEPHAN DUPUIS : La fameuse séquence du restaurant chinois. C’était drôlement élaboré. Ce qui se passait c’était que Jude était en train de construire ce pistolet à partir d’os de poulet ou de ce qui avait l’air d’os de poulet. Et ce truc tirait des dents. Le serveur chinois arrive et il lui tire dessus et ça lui érafle la joue et lui arrache une partie de l’oreille. Bien sûr, il est furieux. Il sort le couperet à viande et Jude lui jette la soupe à la figure, puis s’arrange pour lui exploser la figure. O.K.?

Donc on avait, disons, tous ces éléments. Et j’ai dit, « Bon, on ne peut pas mettre d’explosifs avec nos détonateurs habituels sur le visage de quelqu’un. C’est bien trop dangereux. » Surtout avec une explosion de cette ampleur. Vous pouvez imaginer. En plus vous voulez garder la mobilité de l’acteur. Vous ne voulez pas un mannequin là. C’est comme, « Boom! » et le visage explose.

Donc ce que j’ai fait c’est sur l’acteur d’origine, pendant toute la séquence il portait des appareils qui lui couvraient les oreilles. On a aplati ses oreilles. En fait, il avait des fausses oreilles et une perruque dès le début pour lui élargir un petit peu la tête. Mais pas au point où ce soit bizarre. Et sous un côté, il y avait un dispositif qui était essentiellement l’air comprimé. C’était une vessie que j’avais faite et c’était de l’air comprimé, et dans ce tube était inséré du sang-gel. Vous savez, le sang-gel et un peu de sang dans le tube. Donc quand on appuyait sur la gâchette, ça sortait de l’appareil, et c’était juste de l’air. Ça n'a fait de mal à personne. Ça a simplement lancé ce morceau et ce morceau. Puis quand on a eu fini cette séquence, il y avait celle de la soupe dans la figure.

Et ce que j’ai fait pour la partie où il lui explose la figure, j'ai pris un moule du visage de l’acteur, cette fois avec cette expression sur sa figure, (GRIMACES) comme ça. Et c’était essentiellement un appareil complet comme un masque. qui lui couvrait la figure. Son visage était au repos en dessous. Donc le faux visage était appliqué et il avait deux bouchons et aussi un système de vessies qui étaient dessous, remplies de sang-gel qui allait derrière son cou. O.K.?

Et Bob Hall contrôlait ça. On travaillait ensemble là-dessus. Et c’était rempli de sang-gel et au moment critique, il devait lever le bras comme ça, et, « BAM! ». Le visage entier explosait, sans heurter du tout le gars en dessous, parce que son visage était recouvert d’un moulage en plastique, et ce faux visage était dessus. C’est comme ça que ça a été fait.